Oskal (Guillaume Coquery)

Il y a une certaine jubilation à chroniquer un auteur qu’on connait personnellement, surtout lorsque, comme Guillaume, il est authentique et ne se cache pas derrière de fausses représentations de lui-même (sauf quand on n’a pas aimé, évidemment, ça devient franchement délicat).