1 Comment

  1. Toute la violence des hommes (Paul Colize) | Celine de Roany online
    mai 16, 2020 @ 1:08

    […] de l’auteur. Tu le sais, je ne déteste rien de plus qu’une incohérence, surtout quand elle découle d’une faiblesse de l’auteur ou du scénariste. Dans Toute la violence des hommes, Paul Colize distille les indices avec tellement de finesse que tu […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *